Projets à 4 millions d’euros

GRAND CONCOURS !!!

APPEL A PROJETS

Que feriez-vous avec 4 Millions d’euros ???

Les idées ne manquent pas !

Une multitude de propositions de projets alternatifs émerge, en réaction à l’ineptie de ce projet de golf 9 trous (évolutif en 18 trous et associé à un programme immobilier hôtelier si gestion privée – cf délibérations CCSP).

En considérant que la Garenne (zone du projet) doit rester naturelle, que les enjeux environnementaux, économiques et sociaux doivent nous amener à adapter le développement du territoire face au réchauffement climatique déjà en cours, dans l’intérêt collectif, dans le respect du vivant et dans la perspective d’accéder à une économie moins/non dépendante du tourisme :

À quoi d’autre peut-on employer cet énorme budget d’investissement de 4 millions d’euros?

En tant qu’habitant(e)s de la com com de Serre Ponçon, nous avons notre mot à dire !

Alors envoyez-nous vos suggestions et nous les publierons sur ce site :

    Vos projets à 4 millions d’euros

    Nous publions vos projets sans filtres, même ceux que nous ne cautionnons pas.

    Maison de santé

    L’ouverture d’une ou de deux maisons de santé :

    • financement ( ou achat ) de l’immobilier nécessaire
    • attribution d’une prime d’installation pour les praticiens
    • financement d’un secrétariat commun aux praticiens de là où des deux maisons de santé

    Brest Gilles

    3 voie en alternance gap embrun

    Construire une 3 voie pour ne pas subir les touristes qui regarde le paysage
    Et qui font des bouchons sur nos routes

    ac05

    Faire plus d’activités pour les locaux et touristes

    • Faire des clubs comme pêcher ou d’autre sport plus présent dans la région ou extérieur à la région pour faire découvrir
    • Faire plus d’activité comme des stages de survie
    • Faire des petits cabane aménage dans les montagnes qui serait louable

    Ewen

    Transport, santé, foncier agricole, éducation, foncier, panneaux solaires…

    • transport : remettre des trains permettant de rejoindre Gap ou Briançon pour celles et ceux qui y travaillent, transports locaux gratuits dans le département, améliorer les pistes cyclables (y a du boulot)
    • santé : embauche de personnel soignant, suppression de la t2a, tarification à l’acte qui coule les hôpitaux, réouverture de lits pour revenir à une couverture de santé comparable aux années 2000 (80000 lits supprimés depuis dans le pays, dont 17000 depuis 2017, y compris 500 lits de réanimation), arrêt complet du numerus clausus
    • accès au foncier agricole : contrôle citoyen de la safer, permettant de favoriser les petites exploitations bios, ressources PAC réorientées vers le bio et les petites exploitations, arrêt de l’agriculture industrielle
    • éducation : embauche de profs et plus de moyens pour l’éducation nationale, simplification des “procédures” pour les activités extérieures
    • foncier : priorité à l’accession à la propriété pour résidence principale, soutien aux hlm, retour de la secilef en société publique
    • installation panneaux solaires sur tous les bâtiments publics, garantir le maintien des barrages dans le public
    • etc…

    Thierry

    Tyrolienne et/ou petit téléphérique

    Tyrolienne et/ou petit téléphérique reliant la plaine du roc au site de l’hôpital fonctionnant de mi-juin à mi-septembre pour que les touristes laissent leurs voitures au camping et n’encombrent pas le centre ville en été.

    Aménagement de couloirs pour les cyclistes en ville.

    Dominique

    Trouver et financer des alternatives au Patou moins dangereuses

    Les attaques de Patous et autres chiens de défense contre les loups sont de plus en plus nombreuses et peuvent en décourager plus d’un-e à profiter de belles randonnées en montagne. Habitant-e-s à l’année ou touristes, tout le monde est concerné !

    Les bergers doivent aujourd’hui payer de lourdes amendes quand leur Patou attaque un randonneur et seraient eux aussi bénéficiaires d’alternatives moins dangereuses.

    Il faudrait créer un groupe de réflexion avec les bergers et les personnes compétentes pour trouver des solutions alternatives qui ne mettraient pas en danger les randonneuses et randonneurs.

    Anne

    Aménagement des espaces dans les écoles

    Que de belles idées ! (j’émets une réserve sur l’aide à l’achat de voitures électriques…)

    J’ajoute :

    • transports en commun GRATUITS pour tous jusqu’à 25 ans (sur les temps scolaires compris) ainsi que pour les personnes sans revenus dignes, pour les autres, tarifications revues à la baisse.
    • engager un travail collectif sérieux autour de l’aménagement des espaces dans les écoles (maternelles, primaires, collèges, lycées).
      – Espaces intérieurs : aérations, rénovation, sols, isolation, chauffage, aménagements faisant partie intégrante des projets pédagogiques…
      – Espaces extérieurs : végétalisation, jardins, ouverture sur l’espace public… (qui peut dire : “chouette, je bosse avec vue sur une cour en béton grillagée ! Et c’est super durant ma pause, je peux faire une promenade sur du goudron derrière des grilles, je ne cours pas, parce que ça fait mal le goudron !”)
      – L’école doit être un lieu où l’on a envie d’aller, de rester, d’apprendre, de faire ensemble… le lieu public magique par excellence !
      – Intégrer usagers, parents, employés dans les projets d’aménagements et d’entretien de ces espaces, embaucher pour l’entretien, le suivi des projets…

    Il faudra sûrement beaucoup moins d’argent que les 4M€ disponibles… mais beaucoup plus de temps passé ensemble à échanger, réfléchir, agir ! …et ça n’a pas de prix !

    Laure

    Des voies cyclables

    Avec 4 millions d’euros je financerais l’aménagement de voies cyclables, sécurisées pour pouvoir aller au lac par exemple.
    Et d’ailleurs, et si pour chaque route que l’on rénovait à l’avenir, on prévoyait une voie cyclable et sécurisée, pour faciliter et inciter plus de monde à sortir le vélo plutôt que l’auto ?

    Colin

    Festival

    Nous avons nos festivals du Trad’in, Outdoor Mix, Comedia, souvent portés à bout de bras par des associations culturelles et sportives en manque de moyens… On pourrait déjà leur donner un coup de pouce, notamment pour relancer en post covid.

    Et puis vu le montant proposé, on pourrait financer d’autres festivals longs (6 jours) d’automne et de printemps, pour attirer un tourisme inter-saison, sur des événements exposant la culture sous toutes ses formes.

    Cela permettrait de prolonger la période de remplissage pour l’économie locale et cela permettrait d’apporter des intervenants culturels (artistes ou autres) dans notre territoire enclavé…

    Obit

    Panneaux solaires

    Recouvrir tous les bâtiments (et/ou parkings) publics de l’embrunais avec des panneaux solaires, participant ainsi aux objectifs de l’Etat en matière de développement des renouvelables, de la baisse des émissions de CO2, à la maîtrise des projets énergétiques des Hautes-Alpes par les habitants du territoire, à la dynamisation de l’économie locale, et permettant aux communes de gagner un peu d’argent grâce à la revente ou l’autoconsommation d’électricité.

    Yann

    Relocaliser la production de céréales

    Aider les jeunes à s’installer durablement pour la culture de céréales bio pour la panification.

    Nicolas Joubert

    Unité de lavage des verres

    Plutôt que de casser nos verres (bouteilles, pots de yaourt, confitures, cornichons, etc…) pour en refaire d’autres tout cela moyennant transport d’un côté et transport de l’autre, énergie pour refaire, etc… ne pourrait-on pas avoir une unité de lavage des verres dans le département et pourquoi pas sur l’embrunais.

    A l’heure du PAT, relocalisation de toute sorte et des nombreuses réflexions concernant les économies d’énergie. La nécessité de repenser mais aussi d’agir face à la crise climatique et sociale voilà une idée parmi tant d’autres pour dépenser probablement moins de 4 millions d’€ en créant de l’emploi et peut-être avancer dans une autre direction.

    Dubourg

    Unité de transformation des peaux

    Les abattoirs de Guillestre comme de Gap ont de plus en plus de mal à trouver acquéreur pour leurs peaux d’agneaux ou leur cuir de vaches. Cette filière des tanneries et la suite : transformation en vêtements, chaussures et autres ont été délocalisées puis remplacées par des matériaux synthétiques travaillés par une main d’œuvre dont on sait qu’elle ne bénéficie en rien de règles de protection ni de salaire digne de ce nom.

    Le monde des énergies fossiles touche à sa fin et avant que nous ayons perdu les savoir-faire et afin de retrouver une autonomie, de valoriser des matières nobles devenues sous-produits nous pourrions dans cette région où l’élevage est largement présent mettre en place une unité de transformation des peaux.

    Dubourg

    Le tout voiture nous mène dans le mur !

    Le train et les transports en commun sont la solution (hormis l’hippomobile) pour éviter ce carnage, amplifié XXXL pendant les périodes touristiques !

    Renationalisation de la SNCF, continuité du service public (fréquence et quantité de l’offre suffisantes), réouverture des gares avec présence d’agents du 1er au dernier train (ça fera plus d’emplois que sur le golf et non précaires avec ça!), électrification de la ligne (là je ne sais pas si c’est possible?), desserte des villages en bus, parkings gratuits aux gares, politique tarifaire avantageuse et incitative, voire avec système de carte de fidélité…

    L’embrunais détient la palme du logement le + cher à la vente du 05!!!

    Le foncier, qu’il soit constructible ou agricole devient/est inaccessible!

    Stop à cette flambée des prix et à l’accaparement du foncier par les + aisés.

    Stop à la résidence secondaire inoccupée les 3/4 du temps.

    Priorité aux logements collectifs de taille moyenne, décents, isolés (thermiquement pas géographiquement!), à loyers proportionnels aux revenus.

    Accueil et soutien aux personnes en difficulté (revenus modestes (qui ne devraient pas l’être!), maladies longues, handicap, exilé-e-s et refugié-e-s (qui ne devraient pas avoir à l’être!)…non exhaustif).

    Priorité à l’agriculture (bio, perma, biodynamie, micro…) et à l’installation de petit-e-s producteurs-rices qui permettront, tant que possible, d’accéder à l’autonomie alimentaire.

    Dans cette logique de profit et d’injustice sociale, nous allons droit vers de graves conflits! Monsieur le secrétaire d’Etat à la ruralité, où vont passer les millions du plan avenir montagne (pam pam pam!), de la mission “cohésion des territoires” de la loi de finances 2022, du programme 112 ” Impulsion et coordination de la politique d’aménagement du territoire ” doté de 210 millions d’euros et du programme 147 ” Politique de la ville ” de 558 millions d’euros, et j’en passe…???????????

    Ananas

    Centre d’accueil et de projets à destination des migrants

    Le territoire des Hautes-Alpes est une terre d’accueil de la migration depuis au moins le 19eme siècle quand la région PACA l’est depuis l’antiquité.

    Devant les instabilités politiques extérieures grandissantes et la modification climatique qui se profile, les migrations ne vont que s’empirer au fils des décennies.

    Faire de l’Embrunais un laboratoire d’expérimentations sociales et économiques sur l’accueil de cette population permettra de donner tous les outils pour affronter à terme cette problématique :
    Accueillir dans l’urgence puis héberger, soigner et leur permettre de (re)construire un vrai projet de vie (associatif, création d’entreprise, collectif, groupement… économique, artistique, culturel) , sur ce territoire mais aussi sur d’autres terres et leur donner les moyens d’instruire, s’ils le souhaitent, des solutions à long terme pour la stabilité géopolitique de leur pays d’origine ou des solutions modernes, viables et pérennes pour créer des centres de vie qui réduiront les impacts écologiques sur la planète.

    Le tout avec la création d’institutions spécialisées – qui pourront inclurent des laboratoires de recherches – des associations et la mise en place d’une vaste coordination entre préfecture, collectivités territoriales, ARS, CNRS, INRA… dans la seule mission d’atteindre les objets cités plus hauts.

    Stéphanie Soulié

    Piste cyclable, logements et nourriture

    Une piste cyclable entre gap et briançon mais je crois qu’on arriverait à peine à 2 millions ! Le reste pour loger et nourrir les gens qui ont besoin.

    fetox

    Des transports en commun ou des pistes cyclables

    Avec cet argent, je mettrais volontiers une ligne de bus entre Embrun et Barcelonnette, par exemple… Cela faciliterait les trajets et éviterait de devoir passer par Gap sur ce trajet. Ou bien des pistes cyclables autour de Serre-Ponçon pour éviter d’avoir à serrer les fesses quand on roule sur ce bel itinéraire…

    Ou bien des aides pour changer le tourisme sur le lac de Serre-Ponçon, pour y favoriser la conversion des professionnels vers les sports nautiques “nature”, en vue d’interdire à terme les moteurs à essence sur le lac.

    Patricia

    Si j’avais 4 millions à claquer ?

    Hé ben je m’offrirais un golf dans un coin de nature, au bord d’un lac et dans un paysage montagnard superbe; il y aurait même un coin pour poser mon hélico !

    Humour lourd

    Quelques idées

    • une piste cyclable non bétonnée (en stabilisé) pour relier les villes et villages de la vallée (gap, chorges, embrun, guillestre….)
    • des sous pour soutenir toutes les assos culturelles et sociales (surtout après les temps durs du covid)
    • des sous pour la micro crèche de Crots (en déficit)
    • acheter des terres avec la safer pour installer des personnes ayant des projets agricole hors cadre familial et pour libérer des terrains aux particuliers souhaitant développer une agriculture vivrière

    glab

    Retrouvons notre souveraineté alimentaire sur notre territoire

    Réfléchir collectivement sur notre territoire et pour notre territoire et ses habitants à mettre en place une agriculture saine et respectueuse du vivant au service des collectivités et des habitants :

    • en créant des fermes communales (maraîchage, petits fruits, vergers,… poules… animaux, lesquels, pour quelle production, à réfléchir)
    • des ateliers de transformation (confitures, soupes, conserves; légumes lacto-fermentés…)
    • en développant des espaces de partenariat et de distribution (cuisines collectives écoles, collèges et lycées, maisons de retraite, maisons médicales….)

    Ce choix politique de plusieurs communes de proximité permettrait de créer des emplois communaux au niveau de la production, de la transformation, de la distribution et de la gestion

    Pour cela faire l’inventaire sur chaque commune des espaces agricoles publics possibles et des locaux et bâtiments communaux disponibles et possiblement adaptés à la création d’ateliers de transformations.

    Ex : à Embrun, Chauveton (ancien espace banque de France correspondrait à l’implantation d’une ferme communale)

    Coline

    Créer un centre de formation à l’énergie solaire

    Notre région est baignée de soleil 300 jours par an. L’énergie solaire se développe rapidement et manque de personnel formé. Utile pour lutter contre le changement climatique, l’énergie solaire est décentralisable et permet l’auto-production et l’auto-consommation. Notre région possède de nombreux logements vides hors-saison. Ils pourraient accueillir les personnes formées si ces formations se déroulaient hors saison. Ce centre pourrait proposer des formations longues de concepteurs solaires (un an), plus courtes de poseurs (4 mois) . Il pourrait proposer aussi des formations très courtes (une semaine) pour former la population locale ou environnante a l’auto-construction solaire, permettant ainsi le développement du solaire local pour les personnes en capacité d’auto-construire (par exemple la population saisonnière qui a du temps et des revenus modestes).

    Ce centre développerait ainsi la production locale à petite échelle. Ce centre de formation pourrait aussi accueillir les réfugiés climatiques à qui on proposerait une formation motivante sur une technologie valable dans tous les pays du monde. Qu’ils restent ou pas sur le territoire, ils pourraient acquérir un savoir utile partout et d’avenir.

    Il permettrait ainsi de diffuser le savoir et de favoriser le développement de petites productions à la place de grands parcs solaires. Les grands parcs utilisent beaucoup de matériaux et peu de main d’œuvre qui ne restent pas sur le territoire et au final peu d’argent reste sur le territoire. Les petites productions consomment moins de matériaux et beaucoup plus de main d’œuvre qualifiée et laissent au territoire une part importante de l’argent investi.

    Ce centre serait une diversification à la mono-industrie touristique, au tout-tourisme qui est fragile en temps de crise.

    Ce centre de formation pourrait aussi être doublé d’un institut de recherche sur le petit solaire.
    Il développerait un savoir-faire et un écosystème solaire dans une région ensoleillée, il serait un atout dans la crise climatique et celle des réfugiés qu’elle provoque.

    José Pluki

    Des lieux d’accueil et d’auto-organisation

    Ouvrir les frontières, ça ne coûte rien ; fermer les CRA et foutre la PAF au chômage, ça économise encore plus de millions.

    Offrir un accueil digne pour que ni la mer, ni les montagnes ne soient des cimetières, ça veut dire ne plus réprimer les ouvertures de logements vides (tiens, on va encore économiser du fric !), laisser accès au travail à tou.te.s les motivé.e.s (tiens, on va même en gagner !), renforcer la sécurité sociale automatique pour qui en a besoin, mettre en place des vrais cours de français par le partage continuel entre arrivants et francophones.

    Et puis pendant qu’on y est, fermer les taules, lutter contre la culture du viol, mettre en place des lieux d’accueil solidaire et/ou de repos, repenser la psychiatrie, favoriser la résolution des conflits par la communauté.

    Et puis, allons-y, abolir l’argent ! Comme ça on n’aura plus à se poser la question de quoi faire de tout ce fric…

    Christine

    Passerelle, logements sociaux et voitures électriques

    • Une grande passerelle au-dessus du lac de Serre-Ponçon, comme le pont de Savines, mais réservé aux piétons et cyclistes, qui relierait une voie verte de GAP à EMBRUN.
    • Des logements sociaux pour les saisonniers et personnes nombreuses au SMIC et qui peuvent ni acheter ni se loger autour du lac.
    • Une aide à l’achat de voitures électriques pour les particuliers

    DOMAINE

    Lutter contre le changement climatique en encourageant la production locale bio

    Subventionner l’installation de nouveaux maraîchers bio sur le territoire et leur permettre de vendre leurs productions à des prix attractifs. Financer des démarches pédagogiques de sensibilisation auprès des habitants pour encourager la consommation de produits bios et locaux.

    Cela permettrait d’encourager la production et le commerce local et donc de diminuer le transport de marchandises venant de loin, de très très loin…

    Peut-être qu’il restera encore des sous en plus, avec ce projet !

    Soupe au pistou